[ Fashion Revolution Day 2020 ] Action, réaction !

Rana-Plaza-Fashion-Revolution -Meanwhile

© Rijans

RANA PLAZA OU CEUX QUI PAYENT LE PRIX FORT

Il y a 7 ans, le 24 avril 2013, le Rana Plaza s’effondrait. Plus de 3 100 ouvriers derrière les grandes industries textiles voyaient l’usine qui les hébergeait au coeur de Dhaka, Bangladesh, s’écrouler sur eux. 1 127 morts, 2 500 victimes et deux années d’attente, de pétitions et de lutte des collectifs pour que les fonds d’indemnisation aux victimes du Rana Plaza, estimés à 30 millions de dollars, soient finalement réunis pour être reversés à ces dernières.


Depuis 2016, les ONG et les syndicats membres du Forum citoyen pour la RSE ont obtenu l’adoption de la « Loi de devoir de vigilance des sociétés-mères et entreprises donneuses d’ordre » auprès de l’Assemblée Nationale en France. Cette loi demande aux multinationales d'empêcher tout non-respect des droits de l’homme et de l’environnement au sein de leur activité, aussi bien sur le territoire français qu’auprès de leurs partenaires sous-traitants à l’étranger.

LA PANDEMIE, LES OUVRIERS DEMUNIS

Manifestation des ouvriers du textile au Bangladesh 2020

© AFP

Aujourd’hui, c’est la pandémie du covid-19 qui menace à nouveau les ouvriers des usines délocalisées. Si les répercussions économiques relatives à la fermeture des magasins à Paris, New-York et Milan ont bien été ressenties, l’impact du coronavirus sur les chaînes d’approvisionnement et leurs employés est passé beaucoup plus inaperçu. Usines fermées, commandes annulées, main-d’oeuvre non payée, protection sociale non assurée : de nombreux travailleurs des pays en développement sont fortement touchés par cette crise sanitaire. 

"Si nous n'avons pas de nourriture dans notre estomac, à quoi bon suivre le confinement ? Nous sommes plus inquiets de la faim ou du paiement de notre loyer que du virus" Brishti, ouvrier du textile au Bangladesh.

Le 13 avril dernier, des milliers d’ouvriers du textile de Dhaka sont descendus dans les rues pour manifester, entravant le confinement imposé, s’inquiétant plus de la faim que du virus. Et pour les grands patrons déserteurs, on s'interroge sur le bon sens : sauver les entreprises au détriment de vies humaines ? Est-ce vraiment ça le plan ? Non, nous nous y opposons !

"Lorsque cette crise sera terminée, les gens se souviendront quelles marques ont répondu présent pour protéger leurs travailleurs et employés, et lesquelles étaient aux abonnés absents",  Dominique Muller de Labour Behind the Label, ONG britannique défendant les droits des travailleurs du textile.

FASHION REVOLUTION WEEK 

Fashion-Revolution-2020-Meanwhile

© @fash_rev

Comme tous les ans depuis 2014, le collectif Fashion Revolution propose une journée de sensibilisation pour « inciter chacun.e à consommer la mode autrement, à s’interroger sur ceux.elles qui la fabriquent et à réfléchir aux atteintes portées à l’humain et à l’environnement tout au long de ce processus complexe ». 130 pays à travers le monde y ont pris part depuis. Concerné par ces mêmes sujets, Meanwhile vous propose vous aussi de rejoindre le mouvement sous 3 différentes formes.

#1 Questionnez les marques et revendeurs sur l’impact du covid-19

Fashion Revolution a mis à disposition une lettre prérédigée, à retrouver ici, pour s’assurer des conditions des travailleurs en ce temps de crise. Vous n’avez qu’à sélectionner votre marque  préférée, signer et envoyer ! 

#2 Partagez la love story de votre dressing

L’industrie de la mode représente la seconde industrie le plus polluante au monde. C’est pourquoi, chérir ses vêtements et les garder longtemps, dans cette société du « démodé - jeté », c’est déjà un geste militant. Partager votre histoire d’amour avec votre inséparable T.shirt, votre jean préféré, cette veste atemporelle, en utilisant le hashtag #LovedClothesLast.

#3 Participez à un événement en ligne

Ce vendredi 24 avril à 14h, Fashion Revolution France & Nayla Ajaltouni, coordinatrice du collectif Ethique sur l’étiquette, proposent une conférence sur les avancées des lois internationales. Rejoignez l’échange sur l’Insta Live de  @fash_rev_france. De quoi vous rendre incollable sur le sujet !

 

Et en cette semaine de sensibilisation, Meanwhile inaugure vendredi 24 avril à 11h son premier Live Instagram “900 secondes tous ensemble” en donnant la parole aux créateurs et revendeurs engagés pour échanger sur leur coeur de métier et l’impact de la crise sanitaire sur leur activité. Gardez un oeil sur @meawhile.boutique, l'Insta Live sera disponible 24h en story !

 

Rédigé par la plume de Whitney Agui

Associée sur le projet, elle est Responsable de la Ligne Editoriale Meanwhile. Diplomée en communication et management des projets de l’E.S.S, elle met aujourd’hui sa créativité et sa plume aiguisée au service des marques du collectif. Brand content, rédaction d’article, storytelling : elle met en lumière les pratiques écoresponsables et les acteurs du changement à travers l’ensemble du contenu Meanwhile pour inspirer des nouveaux modes de consommation.

 

Laisser un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être publiés.

Net Orders Checkout

Item Price Qty Total
Subtotal 0,00€
Shipping
Total

Shipping Address

Shipping Methods